24/03/2020

The perfect candidate d'Haifaa Al Mansour


Je ne vous apprends rien en vous disant que le film a été tourné en Arabie Saoudite qui est une monarchie où le roi a tous les pouvoirs (monarchie absolue). 
Je ne vous apprends en vous disant que dans ce pays les droits de la femme sont quasi inexistants, en tout cas, très restreints (les femmes ont le droit de conduire depuis 2019 par exemple). Le film met en exergue une société en constant recul mettant la femme au second plan.

La protagoniste est médecin dans une petite ville, elle a deux soeurs qui organisent des mariages, le père est musicien (souhaite être connu) et leur mère est morte. 
Elle a du caractère et essaie de se faire entendre mais les hommes ne l'entendent et ne l'écoutent que très peu, ils savent surtout très bien la remettre à sa place. Elle est ambitieuse, forte mais parfois naïve. Son père la laisse agir, il est quelque peu démissionnaire mais sait que ses filles se débrouillardes et travailleuses.

Elle doit voyager mais il y a un problème avec son passeport, on lui refuse le droit de voyager (son père doit donner l'autorisation mais il est absent) ce qui l'a mène au bureau d'une connaissance. Elle veut lui exposer son problème et c'est à ce moment là qu'elle se présente aux élections municipales.
Elle organise sa campagne avec ses soeurs, malheureusement elle perd les élections. Elle a quand même obtenu ce qu'elle souhaitait (goudronner la route qui mène à la clinique). 

J'ai été quelque peu déçue par ce film parce que la réalisatrice expose des problèmes que l'on connait déjà. Elle s'est présentée mais elle a des cordes vocales qui sont constamment réfutées par les hommes. Les femmes entre elles ne se soutiennent pas beaucoup (enfin quelques unes), je pense que c'est surtout à cause du mari, de la famille, de la réputation. Il faut rester tranquille et surtout à sa place.

Le film est léger et nous plonge dans la vie quotidienne d'une famille, une famille pas comme les autres car la protagoniste et ses soeurs sont en roue libre chez elles, ce qui est inhabituelle dans les moeurs saoudiennes. 

Le père est au courant de l'avancée de la campagne, même s'il dit le contraire il n'a pas l'air inquiet, il est focaliser sur sa carrière mais garde un oeil sur sa fille qui se bat pour faire entendre sa voix.

Je n'ai pas été surprise par cette histoire, je connaissais déjà les aboutissants de la vie saoudienne. Je m'attendais à une avancée, à un mouvement symbolique pour le droit des femmes. Le film est plutôt bien mais il ne faut pas s'attendre à un revirement de jurisprudence!

Dans les salles le 12 août.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire