28/01/2020

La fille au bracelet de Stéphane Demoustier



Lise est soupçonnée d'avoir tuée sa meilleure amie... La messe est dite. Des parents aimants, plutôt présents, un petit frère chiant, une vie simple non loin de la mer. Lise est une jeune femme de 18 ans que l'on accuse d'assassinat (donc que c'était prémédité). Elle porte un bracelet électronique après être restée en rétention 6 mois. 

Elle rentre chez elle changée selon ses parents (lors du procès) et attend d'être jugée. 

Le plus intéressant est évidemment le moment du procès. Son père et là, sa mère a du travail, est-ce peut-être une excuse pour elle de ne pas venir mais elle le lui dit. Lise a l'air sereine et confiante. Le procès commence et là on y découvre la vie d'une jeune femme de 16 ans (elle est jugée deux ans après). Qui n'est pas forcément une découverte dans le sens où à l'âge de Lise on se sent libre avec son corps, on boit, on couche, on fait des actes sexuels avec des jeunes hommes et des expériences sexuelles avec des jeunes femmes. La découverte vient de son père à qui on dévoile la vie sexuelle de sa fille. On sent bien qu'il est dépassé parce qu'il apprend, entend sans ménagement. Lise, elle, n'a pas l'air trop gênée que son père puisse découvrir ce qu'elle fait réellement de sa vie sexuelle. Je pense que c'est normal pour elle, c'est normal à cet âge enfin c'est selon la vision de chacun. 

Pour le procureur, si Lise a tuée, de façon peut-être préméditée, c'est parce que sa meilleure amie a posté une vidéo d'elle en train de faire une fellation à son futur petit ami et ainsi Lise s'est vengée en la tuant sauvagement (7 coups de couteau). Le procureur est assez dur, enfin c'est son travail, elle défend les intérêts de la société. Elle demande 15 ans de prison. 

Ce film met en exergue plusieurs points; d'abord que les adolescents, futurs adultes ont une vie sexuelle, pas tous je ne généralise pas. Voir son père choqué en disant à sa femme "elle taille des pipes à plein de mecs", c'est l'expérience de la vie selon sa femme. Est-ce que cela fait de Lise une fille facile? Une jeune femme aux moeurs légères? Je vois plutôt ici une adolescente bien dans sa peau, qui contrôle sa vie et qui a envie de sentir son corps! 
Ensuite son père qui est assez dur au début du film... On peut comprendre pourquoi mais on sent quand même qu'un doute plane. Quand la projection avance on sent qu'il comprend que sa fille n'est plus une enfant, il laisse même voir son petit copain, Diego. Elle n'est plus une enfant selon lui.
De plus les adolescents ont une relation (souvent) que je qualifierai de je t'aime moi non plus. On se fait des coups de crasse mais on se pardonne et on recommence. Je pense que c'est parce que c'est amusant. Elles sont amies puis se déchirent à cause d'une vidéo, puis redeviennent amies. 
Enfin Lise n'est pas démonstrative, on ne sent pas qu'elle est triste, choquée ou simplement touchée. Les sentiments semble avoir quitter son corps, on lui demandera à plusieurs reprises ce que la perte de sa copine lui fait, elle gardera le silence (cela pouvant jouer contre elle et être vu comme un aveu  de culpabilité selon le procureur et le président de la Cour d'assises) jusqu'à la fin du film où elle s'adresse directement à la mère de son amie morte, en lui disant qu'elle regrette de ne pas avoir fait un pas vers elle car démunie de force. 

Pour moi, le réalisateur Stéphane Demoustier a su faire ressortir la légèreté (ici ça n'est pas péjoratif) de la vie d'une adolescente paressant normale pour elle mais totalement impensable pour les parents tout en sachant que ces derniers soient passés par cette période avant. 
Il montre aussi qu'au tribunal l'atmosphère est beaucoup moins triste que dans la vie de tous les jours. Le côté dramatique est réservé au quotidien. Les parents sont préoccupés mais soutiennent leur fille. 
Enfin le moment où Lise est acquittée, on lui enlève son bracelet électronique et elle a ce geste... Elle enlève le collier de sa copine (je pense qu'il lui appartenait) et le met à sa cheville en remplacement de celui qui faisait d'elle la coupable légitime, j'ai vu ce geste comme si elle voulait nous dire on m'a retiré le bracelet mais en mettant le collier de ma copine je porterai le poids de sa mort à jamais... 

Le film sera dans les salles obscures le 12 février 2020...








Aucun commentaire:

Publier un commentaire