Social icons

Hey,
j'ai eu l'occasion de découvrir la marque Van Der Layck lors d'une présentation presse organisée par Hâpiface le concept store online. Vous me connaissez, je suis une adepte du minimalisme, de la simplicité et pour moi c'est ce que cette marque représente. 




Cette marque de prêt-à-porter créée par Martial Van Der Layck est née cette année et est basée à Lille.
Le concept de celui-ci est de nous proposer des vêtements simples et épurés à la fois pratiques, modernes et classiques. Les mots d'ordre: l'élégance décontractée et simplicité. 




Les vêtements sont confectionnés dans des ateliers situés en France et en Italie. En discutant avec Martial, il m'a qu'il voulait des pièces fortes, notamment un bomber en velours totalement dans le tendance actuelle, des sweats avec des zips que l'on peut ouvrir sur les cotés ou encore des jeans très simples mais de très bonne qualité. Je dois dire que ce qu'il a imaginé est plutôt réussi. 

La marque s'inspire de marques Haute Couture comme Saint Laurent par exemple. J'aperçois aussi du Kenzo ou encore du Givenchy au travers des sweats. 




Concernant les prix, je ne peux pas vous dire qu'ils sont abordables, en effet le manteau femme est à 320 euros mais bon la simplicité de celui-ci fait que c'est un quasi intemporel. C'est le genre de manteau que l'on peut porter plusieurs années donc c'est un bon investissement. 
En même temps elle propose du haute gamme, on ne pouvait donc pas s'attendre à un manteau 100 euros. 
Le concept est un peu dans la lignée de The Kooples, Sandro ou Zadig & Voltaire, je pense. 

Le bomber homme est à 270 euros, je pense qu'il les vaut. C'est une belle pièce forte que l'on peut facilement mixer avec différents styles et différentes pièces. 



Van Der Layck propose aussi des accessoires; des bonnets et des casquettes. 
Vous pouvez la collection sur le site ici mais aussi sur le concept store Hâpiface

Follow me but shut up...

Enregistrer un commentaire

Follow me but shut up 2009-2016. All Rights Reserved. Fourni par Blogger.